Blog Archive

Articles de blog pour novembre 2012

Lettre Ouverte au Cigref

Courrier au CIGREF Paris, le 31/10/2012

Monsieur Pascal BUFFARD Président du CIGREF

Monsieur,

Nous apprenons par voie de presse que le CIGREF s’est doté d’un Réseau Social d’Entreprise (RSE). Nous nous en félicitons car le CIGREF est un réseau de grandes entreprises chargées de "promouvoir la culture numérique comme source d’innovation et de performance pour les entreprises". Vous témoignez ainsi de toute la valeur qu’apportent ces nouvelles solutions.

Cependant, vous avez choisi une solution américaine sans, à notre connaissance, consulter aucun acteur local. Cela nous choque et vous comprendrez que nous soyons attentifs à ce que votre choix ne soit pas compris comme une dénégation des solutions locales.

Le CIGREF est un acteur qui se revendique d’un territoire (entreprises et organismes français ou en France), le CIGREF est un acteur écouté. A ce titre, il devrait avoir un comportement sociétal exemplaire, naturel et assumé.

Il nous semble naturel de favoriser et a minima étudier des solutions locales afin de contribuer à la performance économique de votre / notre territoire. Français ou européen n’est pas forcément gage de qualité, mais votre choix est révélateur d’un grave problème de confiance envers les acteurs économiques du numérique en France. Cela ne favorise pas l’émergence d’acteurs clés, capables d’exporter, de créer des emplois et donc de créer un écosystème dynamique au niveau Européen pour notre industrie du logiciel.

"Toute figure exemplaire est nourricière de confiance" Alain Peyrefitte. Soyez cette figure exemplaire, et de cette confiance nous pourrons créer de la valeur pour notre Société.

Peut-­être nous trompons-­nous mais notre émoi est bien réel. Nous sommes bien entendu à votre disposition pour échanger et dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de recevoir, Monsieur, nos salutations distinguées.

Signataires (ordre alphabétique)

Vincent BOUTHORS, PDG et co-­fondateur de Jalios
Benoît DROULIN, Président et co-­fondateur d’Azendoo
Ludovic DUBOST, PDG et fondateur de XWiki
Emmanuel DOUAUD, Fondateur de SeeMy
Alain GARNIER, PDG et co-­fondateur de Jamespot
Patrick Michels, PDG et fondateur de Knowings
Antoine Perdaens, CEO et co-­fondateur de Knowledge-‐Plaza
Sunny PARIS, Président et fondateur de Yoolink
Philippe PINAULT, PDG et fondateur de TalkSpirit

Ludovic Dubost et Guillaume Lerouge rencontrent Fleur Pellerin

Linagora a récemment gagné le plus gros marché public Open Source jamais passé en France : le marché de "Support logiciels libres" du ministère de l’Économie et des Finances. 

Dans le cadre de ce marché, Linagora prévoit de travailler avec de nombreuses sociétés du monde du libre, parmi lesquelles XWiki SAS.

Pour marquer le lancement de ce marché, ils ont organisé une soirée dans leurs locaux à laquelle de nombreux acteurs du libre ont été conviés.

Ludovic Dubost et Guillaume Lerouge étaient présents et ont eu l'occasion d'échanger quelques instants avec la ministre Fleur Pellerin, chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique :

photo(6).JPG

Cette dernière en a profité pour réaffirmer son soutien aux acteurs du libre et, plus largement, aux entreprises innovantes, ce qu'elle avait déjà fait lors de la dernière édition de l'Open World Forum.

Retrouvez ici toutes les photos de la visite ministérielle à Linagora.

Réponse du CIGREF aux éditeurs français de solutions RSE

Voici la réponse du CIGREF à la lettre ouverte envoyée par plusieurs éditeurs français, il y a une quinzaine de jours. Nous en avions parlé ici et .

Messieurs,

J’ai pris connaissance avec attention de votre « lettre ouverte au CIGREF », relative au choix de la solution Clearvale pour le Réseau Social des Entreprises membres du CIGREF (RSE CIGREF).

Le processus de décision ainsi que les raisons de notre choix relèvent de la seule responsabilité du Conseil d’Administration du CIGREF et nous n’avons pas pour habitude de les rendre publiques.

Vous pouvez cependant être assurés que notre décision résulte, non seulement d’un important travail de benchmark (80 solutions propriétaires et Open Source) mené avec notre partenaire SDE consulting (notamment sur les bases du Gartner et Lecko), mais surtout d’une grande attention portée aux avis, commentaires et expériences recueillis auprès de nos entreprises membres déjà équipées d’un RSE.

Lier le "…comportement sociétal, exemplaire naturel et assumé…" que devrait avoir le CIGREF, avec le fait que nous n’ayons pas retenu une solution française pour notre RSE interne, est un raccourci pour le moins rapide ! Le CIGREF ne peut choisir une solution qui ne lui convient pas au seul motif qu’elle est française !

Chaque fois que nous en avons eu l’occasion – à prestation ou qualité égale – nous avons privilégié les PME françaises. Pour mémoire : notre choix de la solution Nelis pour gérer notre base interne de contacts et de connaissance ; celui d’Axe-Net pour la refonte de notre site et l’hébergement de nos espaces web, et même des TPE comme "Solutions Informatiques" pour la gestion de notre plateforme technique, ou de i-mediapat.com pour la réalisation de supports numériques importants, etc.

Enfin, pour lever toute ambiguïté sur ce que vous qualifiez de "…grave problème de confiance envers les acteurs économiques du numérique en France…", et poursuivre sa contribution à la promotion de l’écosystème numérique français, le CIGREF diffusera auprès de ses 130 Grandes Entreprises membres, une présentation des acteurs français dans le domaine des RSE, telle qu’elle lui sera transmise et validée par votre association professionnelle !

Cette action de soutien à l’écosystème RSE français prendra ainsi place dans la longue liste des actions que le CIGREF mène avec détermination, non seulement pour promouvoir la relation GE/PME innovantes, mais surtout pour permettre aux PME Innovantes françaises de présenter concrètement leurs réalisations aux grands groupes, comme nous l’avons déjà fait pour Arkoon – Blu Age – C6 – Kayentis – Kawet - Reflexe technologie – Simplicité Software – Sinequa – SRM Vision…

Pascal BUFFARD
Président du CIGREF

28 novembre 2012 : rendez-vous à l'OW2con' 12

buttonOW2con12veryLongBig.png

Le mois de novembre est un mois chargé en événements pour XWiki SAS, puisqu'après avoir participé à Devoxx et à la Rencontre Internationale des Responsables d'Intranet, nous serons (une fois n'est pas coutume) présents à la conférence annuelle d'OW2, OW2con', fin novembre !

Thomas Mortagne (Ingénieur R&D) viendra parler du gestionnaire d'extensions d'XWiki sur lequel nous travaillons et qui permet d'installer, de désinstaller ou de mettre à jour des extensions XWiki. Il en réalisera également une démo.

Rendez-vous le 28 novembre à 12h15 !

Vous trouverez ici le programme complet.

Le CIGREF va coopérer avec un collectif d'éditeurs français pour développer le numérique

Voici le communiqué de presse diffusé par le CIGREF annonçant sa coopération avec un collectif d'éditeurs français pour le développement du numérique.

Pour rappel :

Le CIGREF et le collectif d’éditeurs français de RSE décident de coopérer pour développer le numérique !

Après une lettre ouverte adressée le 30 octobre par un collectif d’éditeurs Web 2.0 et au vu de la réponse du CIGREF le 5 novembre, les parties se sont réunies le 9 novembre et ont décidé de publier le présent communiqué commun.

Le CIGREF précise que son choix d’une solution de Réseau Social d’Entreprise (RSE) n’a pas été conduit pour être préconisé auprès de ses grandes entreprises membres. Le choix du CIGREF n’est en aucun cas une dénégation des solutions françaises, mais résulte d’une analyse de ses besoins singuliers. Le CIGREF se félicite au contraire de l’existence d’éditeurs français à la pointe et de qualité dans le domaine des RSE. Le CIGREF précise enfin que ses adhérents sont aujourd’hui des clients satisfaits par les solutions issues du tissu des PME numériques innovantes.

Le collectif salue les efforts poursuivis par le CIGREF pour développer l’industrie numérique en France et reconnait que le CIGREF a su faire preuve, par le passé, d’audace en s’équipant auprès d’éditeurs de type PME, et aujourd’hui encore sait faire preuve de responsabilité en privilégiant pour ses besoins internes des sociétés de services PME et TPE françaises. De plus le CIGREF s’est positionné de longue date en faveur des PME, notamment au travers de son adhésion au Pacte PME lancé en 2005, ou par le livre blanc paru en 2008 : "Dynamique des relations entre les grandes entreprises et les PME Innovantes".

Les deux parties se rejoignent sur le même constat : il est nécessaire de développer le numérique en France et de favoriser l’écosystème français et européen des éditeurs de logiciels en particulier. En effet, selon l’étude mondiale « Digital Economy Ranking » publiée depuis 2000 par The Economist Intelligence Unit et IBM, la France est tombée en 2010, à la 20ème place, bien loin de la 5ème place à laquelle elle pourrait prétendre vu son rang économique général.

Le collectif d’éditeurs et le CIGREF ont donc décidé de travailler ensemble pour accélérer cette prise de conscience et pour placer le numérique et les logiciels au cœur de la compétitivité nationale. L’axe sera d’étudier comment les grandes entreprises peuvent favoriser, mais aussi bénéficier de l’émergence de champions nationaux parmi les éditeurs français de logiciels. En effet, les évolutions récentes dans le monde de l’informatique ont montré qu’il existait de réelles opportunités pour de nouveaux acteurs et pas uniquement dans le domaine des réseaux sociaux. Ces opportunités sont également valables pour les grandes entreprises. Des pistes ont déjà été proposées par le CIGREF comme par le collectif des éditeurs et seront à prioriser dans un avenir proche.

Pour le CIGREF comme pour le collectif : le temps presse tant les enjeux sont importants ! Il est urgent de passer à une autre étape de cette prise de conscience afin de garantir que cette situation ne reste pas un vœu pieux collectif !

Pascal BUFFARD, Président du CIGREF

et pour le collectif d’éditeurs français de RSE :

  • Vincent BOUTHORS, PDG et co­‐fondateur de Jalios
  • Benoît DROULIN, Président et co­‐fondateur d’Azendoo
  • Ludovic DUBOST, PDG et fondateur de XWiki
  • Emmanuel DOUAUD, Fondateur de SeeMy
  • Alain GARNIER, PDG et co­‐fondateur de Jamespot
  • Patrick MICHELS, PDG et fondateur de Knowings
  • Antoine PERDAENS, CEO et co­‐fondateur de Knowledge­‐Plaza
  • Sunny PARIS, Président et fondateur de Yoolink
  • Philippe PINAULT, PDG et fondateur de TalkSpirit

Pour obtenir la version PDF du communiqué de presse, cliquez ici.

Journée Internationale des Responsables d'Intranet & RSE : notre client Aelia viendra faire un retour d'expérience

La 11ème Rencontre Internationale des Responsables Intranet & RSE, dont nous sommes l'un des sponsors, se tiendra les 20 et 21 novembre 2012, dans les Salons Hoche à Paris (8ème).

Cet événement réunit sur deux jours, 25 orateurs venus témoigner et partager leur expérience auprès de plus de 200 responsables Intranet de grands groupes et administrations. Il s’agit du plus grand rassemblement de Responsables Intranet dans le cadre d’une conférence.

L'un de nos clients, Jean Leroux (DSI d'Aelia) interviendra le 21 novembre à 9h40 sur le thème "Comment refondre et organiser la gestion de l’information au sein de votre intranet pour favoriser la contribution et proposer des contenus plus utiles". Il apportera des réponses aux questions suivantes :

  • La contribution au centre de votre intranet : comment aider les collaborateurs à publier du contenu
  • Comment refondre l’architecture et la gestion de l’information au sein de votre intranet pour améliorer le partage d’information entre des équipes multi-sites et multi-métiers
  • Avec la multiplication des sources d’information, comment structurer les informations et le contenu
  • Comment intégrer les contenus 2.0

Pour venir l'écouter et en savoir plus sur l'événement, rendez-vous sur le site de l'événement.

Collaborez en temps réel dans XWiki Enterprise

XWiki SAS est heureux d'annoncer l'arrivée d'une fonctionnalité très attendue des utilisateurs de son wiki d'entreprise : la collaboration en temps réel. Il est ainsi désormais possible à plusieurs utilisateurs d'éditer en même temps la même page wiki.

XWiki Enterprise permet aux collaborateurs d'une même entreprise voire à l'ensemble des acteurs qui constituent son écosystème de collaborer efficacement et facilement sur des projets communs. Il permet de co-créer des connaissances, de les organiser, de les capitaliser et de les rendre rapidement accessibles et partageables.

Jusqu'à maintenant, la collaboration avec XWiki Enterprise ne se faisait que de manière asynchrone ; les utilisateurs éditaient un document à tour de rôle. Désormais, avec l'arrivée de l'extension RealTime (à télécharger depuis xwiki.org et à installer dans XWiki Enterprise), issue de la collaboration de XWiki SAS avec le laboratoire INRIA LORIA, plusieurs utilisateurs peuvent désormais afficher et modifier un document en même temps ; ils peuvent donc observer en temps réel toutes les modifications apportées sans rechargement de la page. L'extension RealTime est en fait un mode d'édition supplémentaire par rapport à ceux qui sont déjà proposés : le Wysiwyg et l'édition en syntaxe wiki.

Voici une petite démo :
 

Social Business : Les organisations se transforment, par Olivier Berard

Merci à Olivier Berard qui a bien voulu qu'on mette en ligne sur notre blog son article sur la transformation des organisations et son analyse d'une récente étude réalisée par IBM.

Social Business : Les organisations se transforment

  • Par Olivier Berard
  • Article publie le 20 novembre

La dernière étude d’IBM "The Business of Social Business : what works and how it's done" met en avant les 3 domaines où les organisations peuvent créer de la valeur via une approche "Social Business" selon 1161 organisations sondées :

  • Créer de valeur à partir de  l’expérience du consommateur,
  • Faciliter la productivité et l’efficacité des collaborateurs,
  • Favoriser l’innovation.

global.png

En "interne" cette recherche de valeur passe par 3 grands objectifs
A noter que seuls environ 30% des interviewés ont des approches "le Social Business" dans l’organisation.

  • Savoir où se situe la connaissance et rendre l’organisation transparente.
  • Trouver et créer des expertises
  • Collaborer avec l’extérieur

1) Faciliter la transparence et savoir où se situe la connaissance

Sur ces interviews, 2/3 mettent en place la possibilité pour l’utilisateur de trouver de l’information rapidement, et 80% ont comme perspective de pousser ces usages dans les 2 ans à venir.
Les bénéfices possibles sont notamment :

  • Réduire le cycle de développement du produit et augmenter la satisfaction client,
  • Réduire les délais de projets,
  • Améliorer le fonctionnement interne et ainsi diminuer les coûts.

2) Trouver et créer des expertises

Il est nécessaire qu’en interne les compétences des collaborateurs s’acquièrent plus rapidement et avec des éléments différents de formation, afin de répondre à la rapidité du marché.

Le Social Learning répond à ces besoins en favorisant l’apprentissage formel et informel de façon continue. Les moyens de cet apprentissage passent notamment par de la conversation autour des éléments de formations, la création de communauté d’apprentissage favorisant l’échange entre pairs, l’utilisation de méthodes ludiques tels que le Serious Game ou la Gamification et bien sur le suivi du niveau de connaissance atteint.

On retrouve ici le principe selon lequel, augmenter le bénéfice individuel de chacun (le fait d’apprendre plus ou autre chose d’utile est un bénéfice personnel) permet d’augmenter le bénéfice collectif : l’augmentation du savoir individuel fait croître le niveau de connaissance de l’entreprise et la rend plus apte à répondre à de nouvelles difficultés.

3) Collaborer au-delà de l’entreprise

Les interactions entre l’entreprise et le consommateur apportent un gain à l’entreprise en lui permettant d’être plus proche/rapide de ses clients.
Dans cette logique, favoriser la collaboration en dehors de l’entreprise en intégrant les consommateurs mais aussi les fournisseurs ou autres talents et acteurs externes est un gain recherché par les entreprises. 

benficesInternes.png

Ces objectifs sont atteignables via 3 étapes :

  • Technique : fournir un outil simple, ergonomiques facilement adoptable,
  • Management : incorporer ces éléments sociaux dans le travail quotidien,
  • Analytics : définir les données pertinentes et correspond à des gains pour l’entreprise.

Un des éléments clés étant bien sûr un management favorisant et développant ces pratiques :

  • En donnant un sens à cette dynamique,
  • En apportant les fondamentaux notamment aux utilisateurs finaux. 

Innovation interne

Même si les attentes en terme d'innovation sont bien logiquement externes, la capacité de l'entreprise à innover dépend également de sa capacité à récolter les donnés externes pour les exploiter en interne.

capture.png

Le rôle du Community Manager interne est alors prépondérant. Ses 4 grandes missions sont :

  • Promovoir la communauté,
  • Former les utilisateurs à l’outil,
  • Faciliter les interactions entre les membres,
  • Dégager les bénéfices de la communauté.

Quels que soient les "supports" utilisés en interne (communautés, boîtes à idées...), il est recommandé de mettre en place des actions  de motivation ou de communication afin de faciliter le partage et l'engagement des collaborateurs dans ces démarches. 

Conclusion

1) Introduire ces pratiques sociales reposent 3 facteurs clés :

  • Identifier au niveau des process de l’entreprise les métriques relatives  aux activités sociales et à leurs bénéfices pour mesurer les apports de ces pratiques.
    Même s'il ne s'agit pas de définir obligatoirement un ROI, mesurer la valeur ajoutée de ces usages est nécessaire. Il peut s'agir de coût de gestion interne comme le coût de passage d'une commande et sa diminution liée à des pratiques sociales (ROI) ou bien la mesure du climat social de l'entreprise, non calculable, mais ayant des conséquences positives pour l'entreprise.
  • Définir les risques liés à ces pratiques sociales (réglementaires, sécuritaires, e-réputation...)
    Les risques sont de diverses natures et aussi bien internes qu'externes. Il peut s'agir des risques liés à la sécurité de l'information, les risques de prise de position sur les médias sociaux des divers acteurs et donc d'e-reputation, des pratiques réglementaires des divers pays pour une organisation internationale... La plupart de ces risques pourront notamment être fortement diminué par une gouvernance (et la conduite de changement) adaptée aux pratiques et aux besoins de l'entreprise
  • Conduire une transformation de l’entreprise (Change Management) afin de faciliter de développer ces usages dans l’organisation (collaborateur, middle management, top management).
    Ces usages et la mise en pratique de ces usages reposent sur une évolution de l'entreprise tant dans le comportement des acteurs que dans les process métiers. Cette évolution nécessite un support important pendant de longs mois et à tous les niveaux de l'entreprise.

2) Les opportunités liées au "Social Business" sont nécessairement des actions mixant externe & interne, ce que rappelle notamment "The 2013 Social Business Marketing Manifesto"

"They sit across the entire organization. And so, in order to become a social business, marketing leaders are realizing that they need to ignite their company to create great content.
They need their employees to become content creators, to build their personal brands and to influence the influencers of their customers"

3) Même si les bénéfices de ces pratiques sont maintenant reconnus, les organisations investissent mais restent frileuses se rendant compte du chemin nécessaire lié à l'obtention de ces bénéfices. La plus grande partie se limite à avoir des actions sociales (et non obligatoirement des stratégies) avec le consommateur.

Compléments :

Les infographies ci-dessous reprennent les principaux éléments chiffrés de l'étude :

infographie1.jpg
Sources : networkworld.com

  • 62% des interviewés pensent augmenter leurs dépenses dans les 3 ans
  • 75% des entreprises estiment être insuffisamment préparées au changement culturel

infographie2.jpg
Source : flickr.com

Le Cloud Computing et ses applications collaboratives

Voici les slides de la présentation de Ludovic Dubost, réalisée dans le cadre de la Journée d'étude "Le Cloud Computing et ses Applications Collaboratives", organisée par l'ADBS Lorraine le 15 novembre dernier.